Elle aime peindre les paysages !

Ses toiles lumineuses et colorées frémissent sous ses pinceaux. La végétation respire, les arbres délivrent leur flamboyance. C’est un voyage à travers la Drôme et le grand Sud Est auquel Nadine Nacinovic nous convie. Il y a du souffle dans ses toiles, une pulsation de vie intense qui jaillit dans son choix de couleurs. Sa touche, sa facture nous retranscrit au plus près les sensations du Paysage, de la densité de chaque chose vivante.

Je ressens une forte attirance pour la nature qui me nourrit et m’enchante par sa force de vie : c’est son mouvement toujours si fluide, ses harmonies colorées et sa matière changeante, à l’image d’un état d’âme humain, que je m’efforce de saisir dans ma peinture.

Très tôt passionnée d’art, je travaille au musée Picasso d’Antibes, puis au musée Renoir de Cagnes-sur-Mer. Je confirme mon goût pour la peinture en explorant les musées de la Côte d’Azur, qui me permet d’affiner mes goûts et mes envies picturales. J’expose mes peintures dans divers lieux comme St Paul de Vence, le château de Cagnes-sur-Mer, ou le Négresco à Nice.

Animée par un besoin de découvrir toujours plus d’artistes, de formes d’expressions picturales, je déménage mes pinceaux à Lyon pour y suivre une formation des beaux-arts. J’y rencontre deux peintres avec qui je me lie d’amitié pour monter une association, « Les Abeilles » (en hommage à la ruche de Montparnasse), qui nous permet pendant près de 10 ans d’égrener entre Lyon, Paris et la Drôme un peu de notre énergie colorée, de notre envie de partager notre ferveur artistique. L’art est notre quotidien, il doit pénétrer dans celui des autres, aller à leur rencontre : nous faisons corps avec notre peinture pour réaliser des tableaux vivants sur de très grandes toiles, montons des performances artistiques, réalisons des sculptures monumentales. Partout où c’est possible, et là où on ne l’attend pas, nous introduisons formes et couleurs dans l’espace urbain pour semer un peu de magie et créer de la convivialité.

Mon installation dans la Drôme me permet de travailler en harmonie avec la nature que je retrouve à la porte de mon atelier. C’est dans cette région que ma palette découvre les émotions de la peinture en extérieur. Jusque-là plutôt peintre des bruns, des verts, des marrons, je me tourne alors vers un camaïeu de teintes plus chaudes, certains diront fauves.

Mon atelier, lieu d’inspiration un ancien couvent « ferme » d’où son nom
« la Ferme des Dames » je l’ai aménagé à mon image : féminin et harmonieux. Convivialité rime avec calme et volupté, je peins, expose et organise des ateliers et stages de peinture, parfois avec des peintres renommés.
Partager ainsi mon espace de peinture me permet de provoquer des rencontres dont je m’enrichis. Cette nouvelle étape est marquée par une certaine maturité artistique, je distribue mon temps entre stages, expositions, résidences ou interventions artistiques.
Toujours en mouvement, prête à relever les défis, j’aime surprendre et me laisser surprendre par des projets inattendus et variés, tels faire partie de la caravane artistique du projet Babel Caucase, transformer de façon éphémère une place du centre historique de Naples, ou peindre une roulotte pour le festival La Bizz art nomade.
Pour moi, l’art enchante la vie et permet, en étant présent au monde, de porter chaque jour un regard émerveillé sur ce qui nous entoure et de renouer avec l’énergie pure de l’enfant. Me laissant guider par mon pinceau, lui-même porté par une émotion, un ressenti, face à un modèle qui pose ou à un paysage aux couleurs contrastées, je m’inspire de mon quotidien pour créer des métissages de couleurs vives et voluptueuses. La peinture que je propose se veut spontanée, vivante, humaine, libérée du trait parfait ou d’une technique irréprochable. Projetant dans mes toiles une émotion sincère, j’invite le spectateur à se laisser emporter par sa propre émotion.